Évacuation du gymnase de la rue de la fontaine au roi

Share photos on twitter with Twitpic

Ce soir la mairie de Paris a finalement fait évacuer le gymase de la rue de la fontaine au roi. Dans ce lieu étaient hébergés environ 120 ressortissants tunisiens dans des conditions du type hébergement d’urgence à savoir entrée sécurisée et réservée au tenant d’un ticket et horaires stricts d’entrées et sorties.

Ce n’était pas des conditions idéales et en tous les cas bien loin des revendications initiales du collectif des tunisiens de Lampedusa qui s’était constitué dans le local du 51 avenue Simon Bolivar lui-même évacué le 4 mai à la demande de la Mairie.

A l’époque les ressortissants tunisiens avaient l’ambition de se constituer en collectif autogéré et responsable. Pour cela il fallait un lieu dans lequel ils puissent se réunir à cet effet. L’histoire nous montre combien cette revendication était illusoire.

Aujourd’hui nous sommes choqués de voir que la plupart des ressortissants tunisiens à Paris sont sans hébergement après avoir été évacués de divers lieu qu’ils ont investis ; notamment du 36 rue botzaris dont ils ont été expulsés sur ordre de leur propre ambassade pour des raisons strictement « politico-judiciaires », quand bien même la police prétend qu’il y avait des débordement justifiant une évacuation.

Ce soir l’évacuation du gymnase se fait forcément sur ordre de la mairie de Paris. Pour réaliser des travaux d’aménagement ? c’est ce que j’ai entendu dire.
On dit aussi qu’en remplacement des 120 places du gymnase se sont 50 places que propose la mairie soit un déficit de 70 places par rapport à la nuit d’hier. C’est à dire 70 tunisien de plus à la rue dans les parcs, nulle part en fait.

Franchement je ne comprends pas que la mairie fasse ce choix qui est éminemment politique. Nous le savons, la position excessive du gouvernement est une position médiatique : elle consiste à montrer au « bon » peuple franco-français « de souche » qu’on ne se laissera pas envahir par les étrangers, qui plus est bougnoules, et qui, c’est bien connus, sont la source de tous nos maux et notamment de l’insécurité!

Le gouvernement est dans une logique simple et lisible. Il continuera de tenir des propos qui le place hors du cadre légal afin de s’attirer la sympathie d’un électorat xénophobe. Et en ce sens il est logique que le gouvernement laisse se dégrader la situation humanitaire des ressortissants tunisiens les poussant chaque jour un peu plus à commettre des actes de petite délinquance.

L’arrivée de 70 personnes de plus qui vont dormir dans les parcs et jardins du quartier vont inévitablement renforcer le sentiment d’insécurité ressentit déjà par certains habitants. Aujourd’hui encore j’ai entendu une petite dame bourgeoise d’un certain âge raconter qu’elle s’était fait arracher son collier par des tunisiens… à scooter. Oui à scooter! autant dire tout sauf des réfugiés de Lampedusa qui galèrent déjà pour se nourrir, se tenir propres et en bonne santé, et qui sont donc bien loin d’avoir les moyens d’un scooter. Mais peu importe cette dame convaincu du fait est en plein dans le processus prévu du coté gouvernemental : stigmatiser les réfugiés tunisiens comme source d’insécurité afin de les instrumentaliser dans un objectif électoral.

Le gouvernement s’offre à moindre frais des boucs émissaires dont on ne paiera pas les aides au retour et à qui on ne donnera pas non plus la possibilité de s’insérer afin de les conserver dans cette situation de vagabondage favorisant le glissement dans la petite délinquance et alimentant la xenophobie dans nos quartiers.

Et la mairie de Paris qui dans cette histoire représente le Parti Socialiste, que fait-elle ?

Sa position se borne à dire qu’elle à débloqué des crédits exceptionnels qui compensent la perte due au désengagement de l’Etat et du gouvernement dans les subventions destinées aux associations humanitaires. Et le PS de la mairie dse Paris de renvoyer dans les cordes le gouvernement qui ayant baissé ses crédits au associations est donc responsable de la situation humanitaire déplorable (la mairie en convient). Sachant évidemment (lire plus haut) que le gouvernement ne fera rien pour améliorer la situation car ce n’est pas sont intérêt électoral à court terme.

A ce jeu là la mairie de Paris tenue par le PS se rend responsable au même titre que le gouvernement de non assistance à personnes en danger. Elle joue le jeu du gouvernement.

J’aurais attendu que les conseillés de nos élus socialistes soient un peu plus visionnaires et qu’ils conseillent de sauter sur l’opportunité de la présence de ces réfugiés tunisiens que le gouvernement stigmatise à charge depuis leur arrivée à Lampedusa, pour au contraire, et contre ce gouvernement et l’idéologie qu’il porte, les prendre sous leur ailes les accueillir favoriser leur insertion, ouvrir d’autres gymnases, des salles des fêtes, associer la population aux aident alimentaires et autres soutiens … provoquer un mouvement populaire humaniste qui auraient permis à la population de se retrouver réunie derrière des valeurs de rassemblement à gauche qui auraient été bien utiles lors des prochaines échéances électorales. Au lieu de cela le PS aura réussi à se mettre à dos quelques pelés et tondus de twitter qui l’ont mauvaise et qui s’ils s’y mettent un peu fort pourraient bien faire perdre des voix au PS au lieu d’en faire gagner. Une chose est sûre, si le PS souhaite provoquer un rassemblement contre son candidat pour les présidentielles il a tout interêt à laisser de coté et ignorer une situation humanitaire qui se dégrade de jour en jours.

Je dis ça je dis rien. #jdcjdr

  1. Merci pour l’article. Petite précision, il ne s’agit pas à proprement parler d’une « évacuation » au sens strict, comme la Mairie de Paris, propriétaire du gymnase, l’avait demandé pour un autre immeuble municipal occupé par des migrants au 51 avenue Bolivar.
    Cette fois, les occupants tunisiens du gymnase ont été empêchés de regagner leur gîte à la réouverture du soir, et privés de leurs affaires. Il va sans dire que la méthode employée, beaucoup plus discrète, reste tout aussi contraire aux règles de l’accueil des migrants, pourtant largement affichées par la Mairie de Paris. Son maire Bertrand Delanoë déclarait le 27 avril sur Europe 1 à propos de l’accueil des réfugiés Tunisiens par l’État : « Je pense que, depuis le début de cette vague d’immigration, le gouvernement français se comporte mal (…) vis-à-vis de ces personnes (…) Je trouve très choquante l’attitude du gouvernement français (…) N’ayant pas de réponse [à une lettre envoyée au ministre de l'Intérieur], j’ai décidé d’épauler un certain nombre d’associations. La réaction de l’État, c’est d’envoyer des policiers pour les mettre en garde à vue. C’est minable ».

  2. ici un scan de l’article du journal « le parisien » au sujet de l’évacuation d’hier :

    http://www.flickr.com/photos/[email protected]/5908531402/lightbox/

Reply to Pfrunner ¬
Cancel reply


NOTE - You can use these HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Trackbacks and Pingbacks: